Théâtre de l'invisible

Direction artistique : Bruno Abraham-Kremer

Théâtre de l'invisible

La promesse de l'aube

 

de Romain Gary
Editions Gallimard

Adaptation et mise en scène: Bruno Abraham-Kremer et Corine juresco

Interprétation: Bruno Abraham-Kremer

Scénographie: Philippe Marioge 
Lumière: Gaëlle de Malglaive
Composition Clarinette Basse: Ghislain Hervet
Création sonore: Mehdi Ahoudig
Costume: Charlotte Villermet
Images vidéos: Arno Veyrat


promesse-aube_728x90

Créé au CDN d’Aubervilliers / La Commune en 2011 puis au Théâtre du Petit Saint-Martin en 2012 et au Théâtre des Mathurins en 2013 Tournée nationale en 2012-2013-2014 / Tournée internationale en 2014.

Production : Théâtre de l’Invisible
Co-production : AskUs / Maison de la culture de Bourges / Scène nationale
Centre Dramatique National / Théâtre de la Commune / Aubervilliers
Théâtre André Malraux / Rueil Malmaison / Théâtre Liberté / Toulon / Avec le soutien de la direction de la mémoire et du patrimoine du ministère de la défense et des anciens combattants.


Le chemin du petit Romain Kacew, de Wilno à Paris en passant par Varsovie fait partie de moi parce que c’est l’histoire de ma famille et que comme lui, j’ai été élevé avec cet amour littéraire et idéaliste de ce beau pays qui nous avait accueilli, même s’il a failli nous perdre en 1942…je me souviens de ma grand-mère rentrant d’un voyage en Amérique pour voir SON fils et me disant : tu sais finalement  la France c’est le plus beau pays du monde !
Romain Gary c’est comme un frère d’arme. En lui je retrouve tout ce que j’aime, un esprit libre, un conteur qui aime plus que tout « l’être humain » au-delà de ses aspects les plus vils. Un écrivain qui mythifie le réel pour le rendre supportable et essaye sans cesse de se hisser à « hauteur d’homme ».

Sa promesse de l’Aube fait partie de ses livres qui vous font du bien parce qu’il vous fait passer sans cesse du rire aux larmes et qu’il vous redonne confiance dans la vie.
C’est cela que je cherche sans cesse au théâtre, faire rire et pleurer pour tenter de partager avec le public cette expérience magnifique et pitoyable.
Essayer d’être un Humain.

Bruno Abraham-Kremer

CONTACT PRESSE

Agence Plan Bey
Dorothée Duplan
01 48 06 52 27
06 86 97 34 36
dorothee@planbey.com

CONTACT TOURNÉE
AskUs
Valérie Levy
01 46 57 52 52
06 64 25 03 16
valerielevy9@orange.fr

La Bande Annonce

LA PROMESSE DE L AUBE

Voir la vidéo

Portrait

video-vignette-portrait-bak-2
Voir la vidéo


promesse-aube_728x90

« Gari veut dire « brûle ! » en russe, à l’impératif .
C’est un ordre auquel je ne me suis jamais dérobé,
ni dans mon œuvre ni dans ma vie. »
Romain Gary

 


Romain Gary au théâtre ?

Il se définit lui-même, non pas comme un écrivain mais comme « un raconteur d’histoires » et ce génial conteur est un théâtre à lui tout seul, Dom Juan et Sganarelle en un seul homme, tombeur et clown dérisoire, expert en changement de masques,  de sa vie entière il fait une œuvre de fiction…
Mais le secret de la « Promesse de l’aube », c’est qu’il nous fait découvrir le portrait de sa  « coscénariste » Nina Borisovskaia. Actrice russe,  héroïne du quotidien, amoureuse solitaire et fidèle, Anna Karenine, Mère courage, Nina… Sa Mère.

De Wilno à Varsovie, du  – « Grand salon de modes de Paris »  au marché de la Buffa de Nice, de l’hôtel-pension Mermont aux bases aériennes de Salon de Provence,  le couple d’apatrides mère-fils, nous entraîne à sa suite à la recherche d’une vie idéale, où  on peut survivre, écouter des orchestres tziganes en suçant un cornichon, aimer, danser, offrir des fleurs aux femmes, dans un Pays idéal où tout cela est possible : LA France.
La terre promise enfin gagnée, il s’agit d’y devenir un « Mench », un gentleman et de produire un chef d’œuvre…rien que ça ! Il s’en est fait la promesse…

Le petit Roman Kacew devient Romain Garyécrivain, héros de la guerre, diplomate, deux fois prix Goncourt, et pourtant ce jour là lorsque l’histoire commence, le héros vieillissant, allongé sur le sable de la plage de Big Sur, face à son frère Océan cherche encore et toujours le courage de vivre. Il est presque vaincu et une fois de plus c’est sa mère qui vient à son secours, qui lui donne la force de revenir sur la scène originelle de son enfance…en s’incarnant en lui pour lui transmettre sa force vitale, comme un secret qui cherche à se dévoiler, mais qui toujours  échappe…
Alors ne pouvant pas renoncer,  nous le poursuivons sans relâche jusqu’au mot fin, jusqu’au noir du théâtre, la chute du rideau.

Corine Juresco et Bruno Abraham-Kremer


« Tu seras Ambassadeur de France,
c’est ta mère qui te le dit ! »

 

LA PROMESSE DE L AUBE

LA PROMESSE DE L AUBE

002pg20120111_1

Extraits de presse

LE FIGAROSCOPE
D’une main de maître, Bruno Abraham-Kremer nous raconte une histoire d’amour intemporelle, magnifique et émouvante. Très drôle, aussi.
Cela donne un très beau moment de profonde émotion, qui apprend, fait sourire, rire, pleurer.

LE NOUVEL OBSERVATEUR
Encore un texte qui n’était pas théâtral au départ ? En effet. Seulement il est interprété par Bruno Abraham-Kremer qui, rappelez-vous « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » ou « La vie sinon rien », est un maitre du genre. Il s’y coule si prestement que l’émotion vous gagne par surprise.

TELERAMA
C’est captivant, drôle, tendre et très émouvant.

L’HUMANITE
Bruno Abraham-Kremer donne son souffle théâtral à ce roman lumineux et bouleversant, et l’on s’en délecte.
PARISCOPE
Gary était un grand raconteur d’histoires. Le comédien Bruno Abraham-Kremer l’est également. Les univers de ces deux artistes étaient faits pour se rencontrer sur une scène de théâtre. Bruno Abraham-Kremer nous plonge au cœur même de l’histoire, la grande comme la petite. On attrape des émotions aux couleurs du jour, à savoir gravité et légèreté, rire et émotion. Ce spectacle fait l’effet d’un « Gros-Câlin » à notre enfance et à nos rêves oubliés.Le résultat est magnifique.

LIRE MAGAZINE
Bruno Abraham-Kremer restitue avec finesse la beauté drôle et débordante d’énergie de ces deux personnages. Ses talents de conteurs, applaudis dans « Monsieur Ibrahim » et « La vie sinon rien », sont décuplés par une mise en scène dynamique et épurée qui fait alterner dialogues, passages narratifs et séquences musicales, donnant à la pièce une variété stylistique remarquable. L’exercice périlleux de l’adaptation est d’autant plus réussi qu’il ne fait pas l’impasse sur la tonalité souvent tragique du texte.

L’EXPRESS
Le comédien emporte le spectateur dans cette drôle d’histoire d’amour et de vie.
On est conquis.

LE FIGARO MADAME
On rit de bon cœur, on est ébloui par la performance et on se laisse submerger par l’émotion au dénouement.
Un grand moment.

 

L’AVANT SCENE
Bruno Abraham-Kremer a l’habitude des défis où il est seul en scène. c’est le plus beau solo qu’il ait jamais fait ! Il bourlingue avec le texte et avec ses aventures, sans excès, mais avec une puissance qui chahute et transfigure l’émotion. C’est magnifique.

 

FRANCE 2 / CULTURE BOX
Il fait partie des livres que l’on voudrait partager avec ses enfants ou que l’on emmènerait sur une île déserte. Bruno Abraham-Kremer nous cueille. Avec ce raconteur d’histoire (Monsieur Ibrahim , l’Amérique / MOLIERE 2006, La Vie sinon rien), les mots et la vie de Romain Gary sont bien du théâtre. Il nous en transmet tout le sel et toute l’émotion.

PREMIERE.FR
Dans cette belle adaptation, co-signée par Corine Juresco, l’acteur, tel un danseur sur le fil, est comme l’écrivain sur sa page blanche, dans tous ses personnages.
On rit, on réagit, on essuie une larme : quel bel hommage à Gary et à sa sublime leçon de vie.

DIRECT MATIN
Bruno Abraham-Kremer, seul en scène, tient son public d’un bout à l’autre, amuse, passionne et émeut.
Un grand moment de théâtre.

LE BERRY REPUBLICAIN
Promesse tenue ! Un texte d’une actualité déconcertante, de l’humour et de l’émotion, un cocktail parfaitement dosé auquel a gouté le public. Quelle performance !

 

« Elle aimait les jolies histoires ma mère,
je lui en ai raconté beaucoup… »

 


Romain Gary, pseudonyme de Roman Kacew, né à Vilnius en 1914, est élevé par sa mère qui place en lui de grandes espérances, comme il le racontera plus tard dans « la promesse de l’aube ». Pauvre, « cosaque un peu tartare mâtiné de juif », il arrive en France à l’âge de 14 ans et s’installe avec sa mère à Nice. Après des études de droit à Paris, il s’engage dans l’aviation et rejoint le Général de Gaulle à Londres en 1940. Son premier roman, « Education européenne », parait avec succès en 1945 . La même année il entre au Quai d’Orsay. Grâce à son métier de diplomate, il séjourne à Sofia, La Paz, New-York, Los Angeles. En 1948, il publie « le grand vestiaire » et reçoit le prix Goncourt en 1956 pour « les Racines du ciel ». Consul à Los Angeles, il épouse l’actrice Jean Seberg, écrit et réalise deux films. Il quitte la diplomatie en 1961 et écrit « les oiseaux vont mourir au Pérou » et un roman humoristique, « Lady L », avant de se lancer dans de vastes sagas : « la comédie américaine » et « Frère Océan ». Sa femme se donne la mort en 1979 et les romans de Gary laisse percer son angoisse, du déclin et de la vieillesse : « Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable », « Clair de femme », « Les cerfs-volants ».

Romain Gary se suicide à Paris en 1980, laissant un document posthume où il révèle qu’il se dissimulait sous le nom d’Emile Ajar, auteur de roman à succès : « Gros-Câlin », « l’angoisse du roi Salomon, et « la vie devant soi » qui a reçu le prix Goncourt en 1975.

 

 

LES TOURNÉES

Tournée 2014

La Coursive / Théâtre de la Rochelle
Théâtre de l’ouest Parisien/Boulogne
Théâtre de la Ciotat
Théâtre de Melun
Théâtre de Garches
Théâtre de Sèvres
Théâtre de Ermont
Théâtre de Draveil
Théâtre de Puteaux
Théâtre de Sens
Théâtre de Nevers
Le Garde Chasse/ Les Lilas

Institut Français Moscou
Institut Français / Vilnus
Institut Français/ Tel Aviv
Institut Français / Beyrouth


Tournée 2011 / 2012 / 2013

MC Bourges / Scène nationale
CDN La Commune / Aubervilliers
ABC Dijon
Herblay Théâtre Roger Barat
Rueil Malmaison T.A.M
Angoulème Scène nationale
Maison des arts de Thonon
Narbonne / Le Théâtre / SN
Théâtre de Grasse
Théâtre de Vevey / Suisse
NTN / Théâtre de Nice
Théâtre de Sion / Suisse
Théâtre de Bulle / Suisse
Théâtre de Gland / Suisse

Théâtre de Lillebonne
Théâtre de Neuilly
Théâtre de Morteau
Théâtre de Beaune
Théâtre La liberté / Toulon
Théâtre de Langon
Théâtre de Maison Lafitte
Théâtre de Marly le roi
Théâtre de St michel sur Orge
Théâtre de Clermond Ferrand
Théâtre de St Cloud
Théâtre de l’hotel de Ville / Le Havre
Théâtre de Morteaux
Théâtre de Nancy
Le grand Quevilly
Théâtre de Bures sur Yvette


/ Précédent
Suivant /